Lorsque la peur devient maladie

En soi, la peur peut être positive, puisqu’elle avertit du danger. Elle est pour ainsi dire notre «sonnette d’alarme». Si toutefois la peur entraîne avec elle des pertes de contrôle, des crises de panique ou encore un sentiment de paralysie, il est alors question de troubles d’anxiété, l’une des maladies mentales les plus fréquentes.

Nous connaissons tous la peur depuis la petite enfance. La peur d'être seul, la peur du noir, les nerfs à l'examen, la peur des orages, la peur de la maladie, de la solitude ou finalement de la mort. Le développement des peurs fait partie de la vie de chaque personne. Elles vont et viennent, parfois plus prononcées, parfois moins. On apprends normalement à vivre avec ça peur, mais ce n'est pas toujours possible.

15 à 20 % de la population touchée par un trouble anxieux

De plus en plus de personnes, soit environ 15 à 20 % de la population, souffrent de troubles anxieux. Les femmes sont touchées environ trois fois plus souvent que les hommes. Au total, il y a donc environ 800 000 personnes touchées en Suisse. Le coût des troubles anxieux est estimé à plus d'un milliard de francs suisses. D'une part, cela inclut les frais médicaux, qui s'élèvent à de hautes sommes jusqu'à ce qu'un diagnostic fiable puisse être établi. De l'autre, si un trouble anxieux ne peut être traité efficacement et à temps, il y a un risque de maladie permanente, de perte d'emploi et donc de coûts élevés d'absence professionelle et d'assurance (AC, AI, PC). 

La peur devient toujours un trouble lorsqu'elle se manifeste de manière répétée dans des situations où il n'y a pas de danger ou de menace réelle; en d'autres termes, lorsqu'elle est disproportionnée. L'anxiété se manifeste souvent par des symptômes physiques tels que des palpitations, des vertiges, des tremblements, de la transpiration, une diminution de la résilience psychologique ou des problèmes gastro-intestinaux. 

Les causes multiples des troubles anxieux

Plusieurs découvertes on été faites sur les causes des troubles de l'anxiété. Il semble que certaines personnes soient particulièrement susceptibles de développer un trouble de l'anxiété. Dans le développement d'un trouble anxieux, on suppose aujourd'hui que des circonstances de vie fortement stressantes telles qu'un accident, un divorce ou une perte d'emploi ou des expériences traumatisantes dans l'enfance ou à l'âge adulte ont une forte influence. On soupçonne également que la susceptibilité aux trouble anxieux peut être transmise de manière héréditaire

Il a été démontré que les troubles anxieux surviennent très rarement à cause d'un seul facteur ou d'un seul événement. Les troubles anxieux peuvent cependant être induits par des expériences dramatiques. Par exemple, des turbulences durant un vol peuvent mener à une peur prononcée du voyage par avion.

Tunnel étroit | © Engin Akyurt/pixabay

Quand un tunnel devient un obstacle insurmontable (Photo: Unsplash)

«Troubles phobiques» et «autres troubles anxieux» .

Les troubles anxieux sont codés dans la ICD-10 (International Classification of Disorders) comme des formes de troubles névrotiques, du stress et somatoformes. La ICD-10 fait la distinction entre les «troubles phobiques»  tels que l'agoraphobie ou la phobie sociale, des troubles déclenchés par des facteurs particuliers et les «autres troubles anxieux»  comme les troubles de panique, ou les trouble d'anxiété généralisée. 

Agoraphobie: «Je me sens piègé»

La phobie la plus courante est l'agoraphobie, elle se manifeste par un fort malaise ou une grande peur dans certains endroits, notamment les lieux publics, les magasins ou les lieux à forte fréquentation. Ce phénomène peut également se produire lors de longs voyages en solitaire. Le point commun de ces situations est que les personnes concernées pensent qu'elles ne peuvent pas s'échapper assez rapidement en cas de panique ou de conditions potentiellement menaçantes, que les secours ne peuvent pas être sur place assez rapidement ou qu'elles pourraient se retrouver dans des situations embarrassantes. 

Le sentiment d'être à la merci des autres déclenche une réaction de stress physique qui peut conduire aux symptômes d'anxiété et même aux crises de panique mentionnés ci-dessus. Les personnes concernées font preuve d'un fort comportement de repli sur soi, qui conduit souvent à un isolement avec pour conséquences encore plus de craintes.