Skip to Content Skip to Mainnavigation Skip to Meta Navigation Skip to Footer
Skip to Content Skip to Mainnavigation Skip to Meta Navigation Skip to Footer

Quand la peur rend impuissant: Témoignage de crises d'angoisse

Il y a des années, Ciara S.* s'est écroulée au travail. Diagnostic: anxiété et crises d’angoisse. Entre-temps, elle a réussi à revenir dans la vie active.

© unsplash

(unsplash)

Ciara S. se souviendra toujours du jour de sa dépression nerveuse. À ce moment-là, elle s'est écroulée en tremblant sur son lieu de travail. Le lendemain, elle se rend chez son médecin de famille, qui, heureusement, est aussi psychologue.

Dépression et crises d'angoisse

Le médecin lui a diagnostiqué des troubles de l'anxiété. Ciara S. n'osait plus sortir de chez elle et ne pouvait que rester dans son appartement. Ciara pouvait uniquement se rendre en psychothérapie si elle était accompagnée. Une profonde dépression en a résulté.

« Je lutte contre d'énormes peurs et crises d'angoisse, pour moi inexplicables. »

Un trouble anxieux est un état pathologique dans lequel des peurs graves ou des crises d’angoisse surviennent sans raison apparente et ne sont pas le résultat d'une maladie physique ou d'une toxicomanie. Pour les personnes extérieures, les causes de ces peurs sont invisibles et difficilement compréhensibles. La dépression est une conséquence courante de l'anxiété, car les contacts sociaux et une vie insouciante deviennent pratiquement impossibles.

Pendant les premiers mois, Ciara a refusé de prendre des antidépresseurs. "Je pensais que je pouvais y arriver toute seule", explique-t-elle. Mais elle a fini par comprendre qu'elle pourrait aller mieux avec des médicaments, ce qui a été le cas.

Rechute après un an

Très vite, elle a recommencé à travailler à temps partiel et a envisagé d'augmenter lentement sa charge de travail. Après quelques mois, elle avait l'impression d’avoir surmonté ses problèmes et s'est remise à travailler à cent pour cent. Mais au bout d’un an, elle a rechuté, Ciara n'a plus du tout pu travailler pendant près de deux ans. L'utilisation des transports publics était impossible pour Ciara. Elle évitait les foules, une composante typique de l'anxiété.

Plus un trouble anxieux persiste, plus il s'aggrave. Il est donc important de l'identifier le plus tôt possible et de le traiter de manière appropriée. Comprendre le fonctionnement des troubles anxieux peut aider à briser le cercle vicieux de l'anxiété. Le choix de la thérapie la plus appropriée doit être déterminé par le médecin traitant et la personne concernée. Il n'existe pas de solution universelle pour toutes les personnes qui en souffrent.

Ciara n'a pas voulu se laisser abattre et a suivi assidûment une thérapie. Lentement, très lentement, son état s'est à nouveau stabilisé. Après une première année sans emploi, avec une grande résistance et beaucoup de larmes, elle s'est inscrite à l'AI comme incapable de travailler, pour ne pas tomber dans un trou financier en plus du trou émotionnel.

Le soutien apporté par les animaux

Pendant ce temps, Ciara a adopté un chien. Elle voulait avoir de nouvelles tâches et se forcer à sortir. En outre, elle a trouvé plus facile de faire de l'exercice en public en compagnie du chien. De plus, sortir avec son nouvel ami à quatre pattes lui fait augmenter progressivement l'amplitude de ses mouvements. Les chiens ont un effet calmant et sécurisant. Ils fonctionnent différemment des humains dans leur communication, car ils ont un caractère incitatif élevé.

Les animaux, tels que les chiens et les chevaux, sont également utilisés de manière spécifique dans diverses thérapies. Les personnes touchées semblent être acceptées et aimées par les animaux sans préjugés. Pour Ciara, son chien est plus qu'un chien de thérapie. Il est l'un de ses plus proches amis.

Travail après travail, étape par étape

Ciara a réussi à reprendre le chemin de la vie professionnelle après presque deux ans et a pu travailler à temps partiel dans l'administration d'un foyer pour handicapés dans le cadre d'un programme de réinsertion. Grâce à ses progrès constants, elle a repris confiance en elle. Cela a eu un effet stabilisateur sur sa situation. Cependant, il est devenu évident que ses performances n'étaient plus les mêmes qu'avant. Elle n'était plus aussi résistante et avait besoin de se reposer. En conséquence, elle perçoit depuis une rente AI de 50 %.
Grâce à cet emploi dans un foyer pour handicapés, Ciara a obtenu un autre emploi temporaire dans une fondation. Elle était fière d'être enfin de retour sur le marché du travail. Puis, finalement, elle a trouvé un emploi sur le marché libre en tant que commis dans une entreprise industrielle. Mais elle n'était pas à la hauteur de la situation, ainsi, pour ne pas mettre à nouveau sa santé en danger, elle a dû mettre un terme à cet emploi après seulement neuf mois.

Après un autre emploi temporaire, Ciara a finalement trouvé un poste permanent dans une petite société commerciale près de chez elle. "Je pouvais aller au travail à pied et même mon chien avait le droit de m'accompagner!". Elle a passé deux ans et demi intéressants et instructifs dans cette entreprise, cela lui a également permis de continuer à stabiliser sa santé.

Enfin, de retour dans les transports publics!

Grâce à une bonne amie, elle a finalement trouvé son emploi actuel dans une organisation à but non lucratif. Elle y travaille comme employée au service commercial. Depuis un an et demi, Ciara peut à nouveau se rendre au travail en train.

Ciara a eu un parcours long et difficile.

« Avec le recul, j'ai compris que l'événement d'il y a dix ans m'a permis de mieux me connaître et d'apporter des changements positifs dans ma vie! »

Elle espère pouvoir retravailler à temps plein un jour. Mais elle ne veut pas se mettre la pression. Elle a appris de ses expériences que cela ne sert à rien.


Cet article vaut-il la peine d'être lu?

Trouvé une erreur ? Signaler maintenant.

Quelles sont vos expériences ?