La paralysie – qu'est-ce qui se cache derrière et comment peut elle être traité?

Plus de 2,7 millions de personnes dans le monde sont touchées par la paralysie et, chaque année, 130 000 autres s'y ajoutent. Mais qu'est-ce exactement que la paralysie et quels types de paralysie peut-on distinguer?

Définition de la paralysie

La paralysie est la perte totale ou partielle d'une fonction d'une partie du corps ou d'un système organique due à une perturbation de la transmission neurale des stimuli dans le système nerveux périphérique ou dans les régions concernées du système nerveux central (SNC). La guérison de la paralysie n'est possible que dans une mesure limitée selon les connaissances actuelles, mais la thérapie peut tout de même avoir un fort effet. Selon la gravité de la paralysie, on distingue trois formes principales :

Plégie: paralysie complète des muscles squelettiques 
Paralysie: paralysie complète, qui peut toucher à la fois les muscles et les vaisseaux sanguins 
Parésie: paralysie incomplète 

Le degré de paralysie motrice, en d'autres mots la paralysie affectant la force musculaire, est déterminé en testant la résistance des muscles. Le résultat peut être exprimé en termes des catégories suivantes, établies par le British Medical Research Council (BMRC) en 1978 :


0 : absence de contraction musculaire 
1 : la tension musculaire est juste visible 
2 : La section des membres peut être déplacée lorsque la gravité est arrêtée
3 : possibilité de mouvement actif contre la gravité 
4- : possibilité de mouvement actif contre une légère résistance 
4 : possibilité de mouvement actif contre une résistance modérée 
4+ : possibilité de mouvement actif contre une résistance plus forte. Cependant, la section du membre affecté est plus faible que celle du côté opposé. 
5 : force normale

Les causes de paralysie

Les causes de la paralysie sont nombreuses. Elles peuvent être classées sous trois catégories:

  1. Paralysie central

    La cause de la paralysie se situe dans le cerveau. Les déclencheurs possibles peuvent être des hémorragies cérébrales, des troubles circulatoires dans le cerveau (du par exemple à un accident vasculaire cérébral ou au rétrécissement de vaisseaux sanguins) ou une inflammation dans la région du cerveau.

  2. Paralysie périphérique

    La cause de la paralysie est une lésion des fibres musculaires ou un contact avec les cellules musculaires. Il s'agit notamment du pincement des nerfs (par exemple à la suite d'un accident ou d'une hernie discale), du pincement des nerfs dû à l'inflammation des os et des ligaments, de l'inflammation des nerfs ou de la moelle épinière, des tumeurs, de l'empoisonnement, des maladies auto-immunes.

  3. Paralysie musculaire

    La cause de la paralysie réside dans les muscles eux-mêmes. La raison de la paralysie peut être la dégradation des muscles, une faiblesse musculaire congénitale ou une inflammation des muscles.

Il faut distinguer la paralysie psychologique de la paralysie physique. Bien que les nerfs et les muscles ne soient pas endommagés, les personnes concernées perdent leur capacité à se déplacer partiellement ou complètement. Ils souffrent de troubles de la coordination et ne sont pas capables de contrôler leurs mouvements. Cela peut également affecter l'autonomie de la marche et la capacité à se tenir debout.

La sévérité de la paralysie dépends au cas par cas (Photo: Pixabay)

Traitement et thérapie pour la paralysie

Le traitement de la paralysie est complexe dans la mesure où il varie selon la cause et la gravité de la déficience. Afin de fournir les meilleurs soins possibles, les personnes concernées doivent se rendre immédiatement chez un médecin si elles remarquent une restriction de leurs mouvements. En effet, elles sont souvent associées à une maladie grave (comme un accident vasculaire cérébral). Le médecin examinera les patients de manière approfondie pour trouver la cause du trouble fonctionnel. Selon le diagnostic, la paralysie peut être soulagée par des médicaments (par exemple, dans le cas d'une inflammation des muscles) ou nécessiter un traitement plus poussé (par exemple, dans le cas de tumeurs qui provoquent une paralysie). 

Si la paralysie est d'origine neurologique, elle ne peut pas être complètement guérie dans l'état actuel de la médecine. Dans ce cas, l'objectif est de stabiliser et d'améliorer autant que possible l'état de santé de la personne concernée par le biais de la physiothérapie, des massages, des bains et d'autres mesures similaires. La combinaison de traitements chirurgicaux, médicaux ou physiothérapeutiques possible et judicieuse diffère sensiblement dans chaque cas. Il est donc absolument essentiel que les personnes concernées consultent un spécialiste pour discuter en détail de toutes les étapes du traitement. 

La paralysie en tant que handicap grave 

Pour les personnes atteintes de paralysie, cela peut signifier une restriction permanente qui a un impact significatif sur leur vie quotidienne. C'est notamment le cas lorsqu'une guérison complète n'est pas possible. Par exemple, les personnes atteintes de paralysie spinale doivent s'assurer que leur environnement personnel est adapté à leurs besoins en plus de la réadaptation. Cela comprend, entre autres, l'aménagement sans obstacle du logement, la transformation du véhicule et l'organisation des loisirs, par exemple dans un groupe sportif pour personnes handicapées. Afin de pouvoir bénéficier de toute l'aide disponible, les personnes concernées ne doivent pas hésiter à accepter l'aide d'autres personnes ou d'experts.