Skip to Content Skip to Mainnavigation Skip to Meta Navigation Skip to Footer
Skip to Content Skip to Mainnavigation Skip to Meta Navigation Skip to Footer

Le diabète chez l'enfant

Lorsqu'un enfant est diagnostiqué avec un diabète de type 1, cela signifie un changement fondamental dans de nombreux domaines de la vie. Le diabète accompagne l'enfant et son entourage pour le reste de sa vie.

Garçon tenant un ballon de football et portant un bracelet d'urgence. | © unsplash

Les enfants bougent beaucoup, c'est pourquoi la quantité d'insuline nécessaire varie. (unsplash)

Le diabète de type 1 est de loin la forme la plus courante de diabète chez les enfants et les adolescents. Il s’agit d’une maladie auto-immune dans laquelle le corp s’attaque à ses propres cellules et détruit les cellules bêta du pancréas qui produisent l’insuline. La maladie débute souvent à un jeune âge. La cause exacte du diabète de type 1 est inconnue. Les gènes jouent un rôle dans le développement de la maladie. Il est également possible que des maladies virales telles que la rougeole, les oreillons ou la rubéole soient associées au diabète de type 1.

Détecter le diabète de type 1 chez l’enfant

Les premiers symptômes typiques du diabète de type 1 ne sont pas tout à fait clairs et apparaissent généralement soudainement. Une forte sensation de soif, un besoin fréquent d’uriner, la fatigue et une perte de poids peuvent être les premiers signes du diabète. Une autre indication plus précise du diabète est une haleine qui sent l’acétone. Toute personne qui remarque ces symptômes chez son enfant doit absolument consulter un médecin. Si l’enfant a effectivement un diabète, il est extrêmement important de commencer un traitement approprié le plus tôt possible.

L’insulinothérapie

Les personnes atteintes de diabète de type 1 sont dépendantes d’un apport externe d’insuline pour le reste de leur vie. L’insuline est généralement administrée au moyen d’une seringue, d’un stylo ou à l’aide d’une pompe à insuline. La quantité d’insuline nécessaire varie considérablement, surtout chez les enfants, car ils sont en pleine croissance, bougent beaucoup et leur taux de glycémie fluctue en conséquence. Les parents et les médecins doivent être particulièrement attentifs et suivre de près le développement de l’enfant afin d’éviter les hyperglycémies et les hypoglycémies. Une surveillance étroite de la glycémie est donc fortement recommandée, en particulier chez les enfants.

L’insulinothérapie conventionnelle intensifiée (ICT) est le plus souvent utilisée pour le diabète de type 1, car elle permet un mode de vie assez flexible. L’insuline basale d’action prolongée est injectée deux fois par jour pour couvrir les besoins essentiels tout au long de la journée. Au moment des repas, une insuline à action rapide veille à ce que le taux de sucre dans le sang ne monte pas en flèche.

La thérapie par pompe à insuline (CSII) est particulièrement recommandée pour les enfants car, par exemple, il est plus facile d’adapter la quantité d’insuline aux besoins moindres chez les enfants. Comme la pompe améliore en permanence l’apport d’insuline basale, le risque d’hypoglycémie peut généralement être réduit. En outre, avec la thérapie par pompe les enfants n’ont pas besoin de s'injecter régulièrement, ce qui est un grand avantage, notamment pour les très jeunes patients. De cette façon, les enfants peuvent jouir d’une vie quotidienne relativement normale, avec des activités sportives et des rendez-vous.

Réagir correctement dans les situations critiques

Malgré un contrôle consciencieux et régulier de la glycémie, les enfants atteints de diabète de type 1, en particulier, peuvent comparativement souvent présenter une légère hypoglycémie. Les raisons en sont diverses: il peut arriver que la dose d’insuline soit trop élevée, qu’un repas soit oublié ou que les activités sportives ne soient pas correctement prises en compte dans le calcul de l’apport en insuline.

Afin d’éviter l’hypoglycémie ou de la reconnaître rapidement, les parents et les enseignants, ainsi que l’enfant lui-même, doivent toujours être vigilants et guetter les premiers signes d’alerte. Toutefois, une légère hypoglycémie peut être rapidement corrigée à l’aide de sucre de raisin ou de boissons sucrées. En revanche, en cas d’hypoglycémie extrême, un choc hypoglycémique (choc diabétique) avec perte de connaissance peut survenir. Dans ce cas, il est indispensable d’administrer du glucagon et d’appeler les services d’urgence pour ramener le taux de glucose sanguin à la normale.

L’hyperglycémie peut également se produire, par exemple, en cas de doses d’insuline incorrectes, d’exercice physique insuffisant ou de stress, et peut devenir dangereuse. Les premier signes sont une soif excessive, des mictions fréquentes, des nausées ou la respiration d’air contenant de l’acétone. Dans ce cas, il faut immédiatement mesurer la glycémie et injecter de l’insuline si nécessaire. En outre, l’enfant concerné doit boire beaucoup d’eau pour compenser la perte de liquides. Il est recommandé de consulter d’urgence un médecin dans une telle situation, car dans le pire des cas, un coma diabétique peut survenir.

Il est important que les enfants atteints de diabète de type 1 apprennent très tôt à gérer leur maladie et à réagir dans les situations critiques. Mais cela implique également que les parents fassent confiance à leur enfant et l’impliquent très tôt dans le traitement de la maladie, car c’est la seule façon pour l’enfant de comprendre son diabète et d’assumer de manière autonome de plus en plus de responsabilités.

Rendez la vie quotidienne plus colorée grâce à des ustensiles colorés

Pour le diabète de type 1, des outils tels qu’un lecteur de glycémie et un stylo à insuline font partie de l’équipement de base. Ces outils sont généralement uniformes et de couleur sourde, comme le noir ou le gris. Cependant, les enfants aiment les couleurs vives et les motifs ludiques, il est donc bon de faire preuve de créativité. De cette façon, les appareils de mesure peuvent être facilement embellis et peut-être aider un peu l’enfant à s’habituer à mesurer et à s’injecter quotidiennement.

Promouvoir l’acceptation et la compréhension

Pour les enfants en particulier, le diabète peut être un motif d’exclusion à l’école enfantine et à l’école. Si le diabète est abordé en classe, de nombreux préjugés et inhibitions peuvent être réduits.


Cet article vaut-il la peine d'être lu?

Trouvé une erreur ? Signaler maintenant.

Quelles sont vos expériences ?