Amputation et prothèses

Selon l’office fédéral de la statistique (OFS), il est effectué plus de 2000 amputations par an, en plus de quoi plus de 30 000 prothèses sont greffées chaque année. Quelles sont les causes les plus communes d’une amputation et quels en sont les conséquences ?

Qu'entend-on par amputation ?

Une amputation signifie l’ablation d’un membre ou d’un organe, ce qui, dans de nombreux cas, mène à une situation d’invalidité, et ceci, même avec une prothèse. L’amputation est le résultat de trois causes possibles:

  1. Chirurgie

    Lorsqu’une partie du corps ne peut être sauvée ou remise en fonction, elle doit alors être amputée, en raison du risque de gangrène provoqué par la mort des tissus, ce qui peut mettre la vie du patient en danger. 

  2. Traumatisme

    L'amputation est le résultat d'un accident.

  3. Châtiment

    Dans certains pays, l’amputation est pratiquée comme mesure de représailles pour un acte criminel.

Opération | © pixabay

Une amputation est une expérience souvent traumatisante pour la personne en question (Photo: Pixabay)

Cause fréquente: mauvaise irrigation sanguine

Plus de 80% des amputations de jambes sont causées par un problème d’irrigation sanguine, pouvant être provoquée par le diabète, ou encore par la nicotine. Toutefois, les amputations de bras, de mains ou de doigts sont généralement la conséquence d’un accident. D’autres causes pouvant mener à une amputation sont les tumeurs, les infections ou les malformations génétiques.

Thérapie: après avoir installé la prothèse, la physiothérapie peut commencer

Après avoir installé la prothèse, la période de réhabilitation médicale peut commencer: celle-ci concerne l’amélioration de l’état de santé général du patient. Ce n’est qu’après que peut commencer la physiothérapie, qui peut être effectuée de façon stationnaire ou ambulatoire. Le patient reçoit ensuite une prothèse, qui permet de remplacer, dans une certaine mesure, le membre amputé. En s’entraînant régulièrement, le patient peut ainsi apprendre à se déplacer avec sa prothèse ou à s’en servir. Un autre aspect de la réhabilitation consiste en l’accompagnement psycho-social du patient, afin de l’aider à gérer sa perte d’intégrité corporelle et de reconstruire son sentiment d’estime de soi.

Bien que les prothèses peuvent remplacer, dans une certaine mesure, un membre amputé, elles peuvent aussi entraîner certaines difficultés. Une prothèse amovible mal ajustée peut, par exemple, provoquer des douleurs au moignon. Dans certains cas, une amputation peut aussi provoquer des douleurs fantômes. La personne amputée ressent une douleur ou un picotement à l’endroit où se trouvait le membre amputé. La plupart des troubles liés à l’amputation ou au port de prothèse peuvent être traités à l’aide de certains médicaments ou autres thérapies.

Un home | © Unsplash

Avec de l'optimisme et de la confiance, il reste possible de découvrir de nouvelles passions même après une amputation (Photo: Unsplash) 

Graves conséquences : lorsqu’une amputation restreint le champ d’activités

Parce qu’une prothèse ne peut jamais remplacer complètement un membre manquant, l’amputation peut entraîner des conséquences non négligeables sur la vie du patient. Un entretien auprès d’un bureau cantonal des assurances sociales peut permettre de vérifier si le patient a droit à une rente AI. Dans le cas où l’assuré serait atteint d’une autre maladie, telle que le diabète ou le cancer, la rente AI pourrait alors être augmentée.