L’autisme: une autre perception du monde environnant

Rien qu'en Suisse, on compte entre 7 000 et 9 000 enfants et jeunes autistes. Mais que savons-nous réellement sur l'autisme, ses causes et ses symptômes ? Nous vous en informons.

Le terme «autisme» vient du grec et signifie «être très égocentrique» . Un coup d'œil sur l'histoire de la maladie montre que c'est le psychiatre suisse Eugen Bleuler qui a inventé le terme en 1911. Il l'entendait comme un retrait dans son propre monde psychologique, un symptôme qu'il avait observé chez les personnes schizophrènes. 

Les troubles autistiques se caractérisent par une altération profonde de l'ensemble du développement, qui commence dès l'enfance et se manifeste par des difficultés dans les relations sociales et la communication. Il est difficile de diagnostiquer l'autisme car les causes de la maladie ne sont pas encore totalement comprises.

Un homme regarde de manière pensive à travers la fenêtre. | © Pixabay

En grec, le mot autisme signifie «être très égocentrique». (Photo: Pixabay)

L'autisme infantile et le syndrome d'Asperger

Le pédopsychiatre Leo Kanner des États-Unis et le pédiatre Hans Asperger de l'Autriche ont décrit deux troubles différents indépendamment l'un de l'autre, respectivement en 1943 et 1944, qu'ils nommèrent tous les deux «autisme». 

Les critères de diagnostic actuels font donc la différence entre l'autisme infantile (aussi connu sous le nom de syndrome de Kanner) et le syndrome d'Asperger, qui n'apparaît souvent qu'après l'âge de trois ans. De nos jours, l'on parle aussi souvent d'un «trouble du spectre de l'autisme» (autism spectrum disorder), un dénomination faisant la distinction entre différents grades d'autisme et de symptômes associés.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) définit l'autisme dans la CIM-10, le système de classification actuel des maladies, comme un trouble profond du développement. Pour qu'un diagnostic soit posé, il faut que des anomalies soient présentes dans trois domaines: 

  • dans le développement du langage, la communication verbale et non verbale 
  • dans les interaction sociales
  • dans un choix de loisirs hors du commun, en raison d'un sense de la perception et d'un traitement de l'information particulier 

La surcharge sensorielle

D'un point de vue médical, l'autisme est avant tout un perception des sensations différentes qui est inné à la personne, et lui cause de grands problèmes de traitement des stimuli environnementaux. Car ses fonctions de filtrage sont perturbées, la personne autiste est à la merci d'une surcharge sensorielle, ce qui mène a des difficultés dans les interactions sociales, à un repli sur soi et à un comportement difficile à comprendre.

L'effet de l'autisme sur l'intelligence peut varier énormément, il y a donc des génies autistes mais aussi des autistes avec des déficiences intellectuelles. Le syndrome d'Asperger touche beaucoup plus d'hommes que de femmes, la proportion d'hommes à femmes touchés étant estimé de 4:1 à 8:1.

Une multitude de personnes couvertes de différentes couleurs | © Pixabay

La surcharge sensorielle conduit à un chaos de sensations différentes chez les personnes autistes (Photo: Pixabay)

LA personne autiste n'existe pas

Les médias et les reportages souvent stéréotypés sur l'autisme ont eu un fort impact sur l'image de la maladie auprès du public. Cependant, il n'y a pas que des cas extrêmes de personnes muettes et profondément introverties. L'autisme, comme mentionné ci-dessus, est un phénomène qui se manifeste sous différentes formes et à différents degrés. 

La personne autiste typique n'existe pas. Bien que les personnes atteintes d'autisme léger aient des problèmes de traitement des stimuli environnementaux et des difficultés dans les relations sociales, elles sont d'une intelligence normale, généralement très élevée, et ont une capacité de parole développée supérieure à la moyenne.

Des talents d'exception chez les personnes autistes

Les intérêts des personnes autistes sont généralement limités à certains domaines, mais certaines d'entre elles ont des capacités exceptionnelles dans le domaine qui les intéresse, par exemple en calcul mental, en dessin, en musique ou dans leur capacité à se rappeler de certaines choses dans un contexte précis, ce qu'on nomme la «mémoire étroite». C'est ce qu'on désigne par le diagnostic informel de «syndrome du savant»; ceux qui bénéficient des incroyables capacitées qui y sont associées sont appelés des savants. Environ la moitié des personnes avec le syndrome du savant sont autistes.

Les causes de l'autisme ne sont pas entièrement comprises 

Les causes de l'autisme ne sont pas encore totalement comprises même de nos jours. Plusieurs facteurs jouent certainement un rôle dans son développement. L'héritage génétique ainsi que divers processus biologiques avant, pendant et après la naissance peuvent affecter le développement du cerveau et déclencher le trouble autistique. 
 
L'hypothèse qui était encore soutenue jusque dans les années 1960 selon laquelle l'autisme se développe à cause d'un manque d'affection provenant de la mère, ou à cause d'un manque d'attention est aujourd'hui considérée comme invalide. C'est également pour la rumeur que des toxines environnementales ou des additifs de vaccins peuvent déclencher l'autisme. Depuis 2006, la Food and Drug Administration (FDA) américaine a déclarer ces hypothèses fausses.

Plus de cas d'autisme au passé que l'on ne l'aurait cru

Le nombre de cas d'autisme semble avoir augmenter régulièrement au cours des dernières décennies. Au niveau mondial, le taux d'autisme devrait se situer entre 0,6 % et 1 % (2020). Le Center for Disease Control (CDC) aux États-Unis a également fait état d'une augmentation de 57 % des cas d'autisme entre 2002 et 2006; en 2006, un enfant sur 110 âgé de huit ans était atteint d'autisme. Toutefois, l'augmentation apparente du nombre de cas est due à un certain nombre de facteurs qui ne sont pas liés à la maladie elle-même. Par exemple, une hausse du taux de fréquentation des jardins d'enfants et une première entrée en scolarité de plus en plus précoce augmentent les chances de diagnostic d'autisme.

En outre, les parents sont aujourd'hui plus attentifs que par le passé à ce que leurs enfants se développent «normalement». En outre, la définition de l'autisme a été élargie afin qu'un plus grand nombre d'enfants présentant des troubles de comportement reçoivent des soins adéquats. Finalement, l'autisme est de plus en plus discuté et les gens y sont de plus en plus sensibles. Il est donc tout à fait possible que le nombre de cas non signalés ai été nettement plus élevé dans le passé et que beaucoup de diagnostics de comportement hors de la norme n'aient souvent pas été reconnus comme de l'autisme. 

Un diagnostic d'autisme est déliveré | © pixabay

L'autisme: un diagnostic souvent difficile. (Photo: Pixabay)

L'autisme: un trouble difficile à diagnostiquer

Le diagnostic de l'autisme est généralement très difficile. La maladie est principalement diagnostiquée sur la base des symptômes mentionnés ci-dessus, mais ces symptômes ne se manifestent pas uniquement en cas d'autisme. Ainsi, tout enfant qui ne s'intéresse pas à son environnement ou tout enfant qui préfère être seul n'est pas forcément autiste. En général, il est très difficile de faire un diagnostic fiable avant l'âge de 18 mois. La détection précoce de la maladie permet un traitement adapté à l'individu dès le plus jeune âge.

Cependant, une thérapie des troubles autistiques ne vise pas à une guérison, car cela n'est pas possible selon les connaissances actuelles. Les personnes touchées sont affectées par le trouble tout le long de leur vie et seront donc toujours limitées dans leur vie sociale dans une certaine mesure. Il existe cependant des traitements pouvant réduire cette effet.