Skip to Content Skip to Mainnavigation Skip to Meta Navigation Skip to Footer
Skip to Content Skip to Mainnavigation Skip to Meta Navigation Skip to Footer

Spasticité: symptômes et causes

La paralysie spastique se caractérise par une augmentation incontrôlée de la tension musculaire, ce qui entraîne une contraction non coordonnée des muscles de la personne concernée et un raidissement permanent. Cela limite surtout la mobilité, mais peut aussi être douloureux ou affecter les muscles de la parole et de la déglutition. La cause de la paralysie spastique est une lésion du système nerveux central, comme par exemple après un accident vasculaire cérébral.

Une femme en fauteuil roulant fait un clapping avec une fille. | © pexels Spasticité : qu'est-ce que c'est exactement ? (pexels)

La cause la plus fréquente de la paralysie spastique est un infarctus cérébral, qui peut survenir dès la naissance si l'enfant n'est pas suffisamment alimenté par le cordon ombilical. Des lésions peuvent également survenir avant la naissance en cas de manque d'approvisionnement ou de maladie infectieuse de la mère pendant la grossesse. La spasticité peut par ailleurs être causée par une tumeur ou un accident, un traumatisme crânien, qui empêche les zones compétentes du système nerveux central de fonctionner correctement. La sclérose en plaques, les inflammations de la moelle épinière ou du cerveau ainsi que les hémorragies cérébrales peuvent aussi être à l'origine de spasmes.

La spasticité - qu'est-ce que c'est ?

La spasticité se caractérise par une contraction des muscles. Normalement, nos muscles travaillent à l'unisson, ce qui nous permet de bouger notre corps de manière optimale et contrôlée. Chez les personnes souffrant de spasmes, ce n'est plus le cas pour certaines parties du corps, car l'interaction entre les muscles est perturbée, ce qui peut entraîner une augmentation incontrôlée de la tension musculaire. Les spasmes se produisent aussi bien chez les adultes que chez les enfants et les adolescents. Comme la paralysie spastique est incurable et que les personnes concernées sont durablement limitées dans leur vie quotidienne, il s'agit d'une maladie chronique. Les personnes concernées dont la qualité de vie est durablement et sensiblement réduite en raison d'une spasticité peuvent se renseigner auprès de l'assurance sociale compétente pour savoir si elles ont droit à une rente AI.

Diagnostic

Pour diagnostiquer la spasticité, la personne à traiter est d'abord examinée physiquement et des tests neurologiques sont effectués. On évalue notamment la rigidité musculaire, c'est-à-dire la sévérité de la paralysie spastique, et les difficultés qui en résultent pour la personne concernée dans ses activités quotidiennes. Le tonus musculaire, la force musculaire, la raideur des articulations et, le cas échéant, l'intensité de la douleur sont évalués lors de l'examen. Le médecin spécialiste, un neurologue, peut établir un diagnostic sur la base de ces informations et discuter et planifier avec vous d'autres mesures et objectifs thérapeutiques. Michael, qui vit depuis 2005 avec une hémispasticité dans la moitié gauche du corps, déclare à ce sujet sur spastik-info.ch : "Je pense qu'il est important de contacter directement des spécialistes, car cela permet d'aborder concrètement le problème". Le neurologue examine généralement dans quelle mesure la fonction musculaire est affectée par le spasme et les symptômes qui l'accompagnent et comment cela se répercute sur votre vie quotidienne. Il est donc important de décrire précisément au personnel médical spécialisé comment vous vous sentez limité dans vos activités quotidiennes. La recherche d'experts sur ce site spastik-info.ch vous permet de trouver directement un expert ou un neurologue spécialisé dans le traitement des spasmes dans votre région.

Symptômes

Les spasmes musculaires se manifestent par différents symptômes: de légères tensions musculaires à des contractions permanentes qui peuvent entraîner une incapacité totale de mouvement pour les parties du corps concernées. Les paralysies spastiques peuvent également être douloureuses pour les patients atteints de spasticité et elles peuvent affecter les muscles de la parole et de la déglutition (voir aussi sialorrhée).

Types de spasticité

Selon l'ampleur de la paralysie, on distingue les types de spasticité suivants: 

  • Monospasticité: une seule jambe ou un seul bras est atteint. 
  • Paraspasticité: les deux jambes ou bras sont touchés. 
  • Hémispasticité: le bras et la jambe d'un côté du corps sont touchés. 
  • Tétraspastisme: les deux jambes et les deux bras sont touchés. Selon le degré de paralysie, les muscles du cou et du tronc peuvent aussi être touchés. 

Thérapie et traitement

Les spasmes peuvent être soulagés à l'aide de traitements à long terme. Lors du traitement thérapeutique d'une paralysie spastique, il est important de choisir une approche thérapeutique aussi large que possible. Les approches suivantes peuvent être choisies:

  • Physiothérapie 
  • Ergothérapie
  • Pharmacothérapie/médicaments
  • Opération neuro-orthopédique ou neuro-chirurgicale

Vous trouverez ici de plus amples informations sur le traitement et la thérapie des spasmes.

Les professionnels de la santé sont là pour vous aider. C'est pourquoi un échange ouvert est important. Le diagnostic et le traitement des spasmes devraient être coordonnés entre les spécialistes de la médecine générale, de la neurologie, de la physiothérapie et éventuellement de la logopédie. Les personnes intéressées peuvent aussi s'informer plus en détail sur la spasticité ainsi que sur le diagnostic, les thérapies et les points de contact via le nouveau site web des patients www.spastik-info.ch. Il aide par ailleurs les personnes concernées à trouver des spécialistes de la spasticité dans leur région.


Cet article vaut-il la peine d'être lu?

Trouvé une erreur ? Signaler maintenant.

Quelles sont vos expériences ?