Réussir la recherche d’emploi avec un handicap

Pour la plupart des personnes avec handicap, la question décisive dans le processus de candidature est la suivante: dois-je ou devrais-je mentionner mon handicap dans la lettre de motivation, dans le CV ou lors de l’entretien? Et si oui, quand dois-je le mentionner?

En Suisse, il n'y a pas d'obligation d'employer des personnes avec handicap. Cependant, selon la loi sur l'égalité des personnes handicapées (RS 151.3), certaines conditions existent en ce qui concerne l'accessibilité aux bâtiments. Par exemple, les bâtiments de plus de 50 lieux de travail doivent correspondre à ces exigences.

Par conséquent, l'accessibilité au lieu de travail doit être prévue par la loi dans de nombreux cas. L'accessibilité ne peut donc pas être utilisée aussi facilement comme argument contre l'emploi des personnes avec handicap.

Mais qu’est-ce que cela signifie pour le processus de candidature? Comment gérer un handicap lors de la candidature? Et comment les employeurs réagissent-ils lorsque on mentionne ou ne mentionne pas un handicap? 
 

Les employeurs ont des avis divergents

Les points de vue des employeurs vis-à-vis de l'emploi de personnes avec handicap sont extrêmement variés et il est impossible de trouver ici un point de vue général. Parmi les justifications on compte, par exemple: les préjugés, l'impression qu'une personne avec handicap n'est pas capable ou est plus souvent malade. Parfois il s'avère simplement qu'aucune personne avec handicap n'a postulé qui corresponde aux postes annoncés.

Bien entendu, au moment de postuler, on ne sait pas comment une entreprise réagira à un handicap. Malheureusement, il est également presque impossible de le savoir à l'avance. La question «Faut-il mentionner son handicap?» n'as donc pas de réponse générale. En général, l'opinion est que vous aggravez vos chances si vous mentionnez déjà votre handicap dans la lettre de candidature. Toutefois, il est préférable d’aborder ouvertement un handicap visible au plus tard avant l'entretien, par exemple lors de la confirmation du rendez-vous.

La nécessité de mentionner un handicap dépend également du type de handicap et de l’emploi. Le handicap peut avoir une influence plus ou moins grande sur l’accomplissement des tâches; et chez certains employeurs, les bâtiments sont déjà accessibles, chez d’autres ne pas encore. En fin de compte, il est également crucial de choisir l’option avec laquelle vous vous sentez le plus à l’aise.
 

Aucune obligation de divulgation

En principe, vous n’êtes pas obligé de révéler votre handicap ou maladie chronique, sauf si cela affecte votre travail. L'employeur n'est pas non plus autorisé à vous interroger à ce sujet. En effet, selon la loi fédérale sur la protection des données, le handicap est une donnée personnelle particulièrement digne de protection. L’exception: si la limitation en question est directement liée à la capacité d'effectuer le travail requis de manière consciencieuse, la question est légitime ou une mention de votre part est nécessaire.

Si votre handicap ne vous limite pas dans les tâches prévues, c'est donc à vous de décider si vous préférez mentionner votre handicap ou non. En revanche, il ne faut en aucun cas faire son handicap le sujet central de sa lettre de motivation ou de son entretien. Après tout, l'employeur est d'abord intéressé de savoir si l'on possède les qualifications requises pour le poste. Le plus important, ce sont donc vos compétences

Deux hommes sont assis à une table et discutent entre eux. | © Unsplash

Réfléchissez à l’avance au moment et à la manière d’aborder votre handicap. (Photo: Unsplash)

Quand faut-il parler de son handicap durant l'entretien?

Si vous mentionnez un handicap lors de l'entretien, il vaut mieux le faire pendant l'entretien et non pas au tout début ou à la toute fin. Si vous souhaitez mentionner votre handicap dans la lettre de motivation, il est suggéré d'indiquer vos éventuelles limitations et comment vous pouvez les compenser, par exemple avec des aides techniques.

On peut cependant également dissimuler son handicap et être embauché comme «employé.e sans handicap». Dans ce cas, il serait préférable d'examiner au préalable s'il est possible de cacher son handicap pratiquement tous les jours dans sa vie professionnelle et si cela en vaut la peine. Cette réflexion devrait se faire au plus tard lorsque l'on reçoit une invitation à un entretien d'embauche.

Cet article vaut-il la peine d'être lu?

Trouvé une erreur ? Signaler maintenant.

Avez-vous une question à poser à la communauté ?