Une paysage de campagne avec un arbre et une colline

Maladie de Parkinson – Espérance de vie et information

Les nouveaux médicaments n'améliorent pas seulement la qualité de vie des patients atteints de la maladie de Parkinson. Sans maladies supplémentaires importantes, la thérapie moderne de la maladie de Parkinson permet également une espérance de vie pratiquement inchangée.

La maladie de Parkinson porte le nom du Dr James Parkinson, médecin, pharmacien et phénologue anglais. Il a décrit la maladie pour la première fois en 1817 dans son ouvrage «An Essay on the Shaking Palsy». Parkinson lui-même l'a qualifiée de «paralysie par tremblement» en raison du tremblement au repos perceptible chez de nombreux patients. «»

Le terme «maladie de Parkinson» («syndrome parkinsonien» ou  «Morbus Parkinson») a probablement été utilisé pour la première fois par le psychiatre français Jean-Martin Charcot en 1884. Dans la maladie de Parkinson, il y a une perte progressive des cellules productrices de dopamine dans le cerveau. Le cerveau ne peut donc plus produire des quantités suffisantes de ce neurotransmetteur. 

Les personnes entre 50 et 60 ans les plus touchées

La maladie de Parkinson touche principalement les personnes d'un âge avancé, les hommes étant légèrement plus souvent touchés que les femmes. La fréquence de la maladie augmente avec l'âge, et elle est généralement diagnostiquée entre les âges de 50 et 60 ans. Ce n'est que dans environ dix pour cent des cas que la maladie se déclare avant l'âge de 40 ans. 

Dans l'ensemble de la population, entre 100 et 200 personnes contractent la maladie pour 100 000 personnes. Les personnes âgées de plus de 60 ans ont une chance de développer la maladie de Parkinson de 1%, et les personnes âgées de plus de 80 ans une chance de 3%. En Allemagne, environ 200 000 personnes souffrent de la maladie et en Suisse, il y en a environ 15 000. 

Les médicaments permettent une espérance de vie presque normale

Ce bon pronostic est dû à la pharmacothérapie moderne de la maladie de Parkinson. Elle permet aux patients de vivre de nombreuses années avec peu de restrictions, une qualité de vie meilleure ou du moins acceptable et une espérance de vie presque normale. Des symptômes qui étaient auparavant mortels peuvent de nos jours être arrêté par des médicaments. Le redouté stade final de la maladie, qui mène à l'immobilité et à un raidissement presque total du corps, ne se produit aujourd'hui que dans de très rares cas. 
 
Avant l'introduction des thérapies médicamenteuses modernes pour la maladie de Parkinson, la mortalité des personnes atteintes de cette maladie était presque trois fois plus élevée que celle des personnes de ce groupe d'âge qui n'en souffraient pas. Il est donc compréhensible que l'une des premières questions les plus fréquentes de la part des personnes atteintes de la maladie de Parkinson concerne l'espérance de vie. 

Aujourd'hui, la réponse à cette question est positive. Selon diverses études, l'espérance de vie moyenne des personnes atteintes de la maladie de Parkinson idiopathique (maladie de Parkinson sans cause externe ou génétique connue), la forme la plus courante de la maladie de Parkinson, est assez proche de la normale. La mortalité des jeunes patients est cependant plus élevée que celle des patients plus âgés. L'espérance de vie moyenne au moment du diagnostic, à l'âge moyen de 55 à 65 ans, est de 13 à 14 ans. 

Héritage possible dans de rares cas

Hériter de de la maladie de Parkinson est possible, mais extrêmement rare. On suppose que l'interaction de plusieurs facteurs héréditaires rend certaines personnes plus sensibles à la maladie. La maladie de Parkinson n'est certainement pas contagieuse, et rien ne prouve qu'elle soit causée par un virus ou un autre organisme infectieux. 

Lorsqu'il n'y a pas de cause identifiable du syndrome parkinsonien, les experts médicaux l'appellent la maladie de Parkinson idiopathique (MPI). Si la cause des symptômes classiques d'une personne atteinte est connue, on parle de parkinsonisme secondaire. 

Cela peut être causé par des toxines nerveuses telles que le MPTP, le manganèse, le monoxyde de carbone ou certaines inflammations cérébrales, entre autres. Les lésions cérébrales récurrentes ou des coups durs à la tête et au cerveau sont également des causes possibles. Cette forme est connue sous le nom d'«encéphalite traumatique des pugilistes», elle a notamment touché la légende de la boxe poids lourd Muhammad Ali. 

Atténuer les symptômes – conserver son indépendance 

Après que la maladie de Parkinson ai été diagnostiquée sur la base de nombreux tests, il faut alors déterminer la forme de thérapie idéale. L'objectif est d'atteindre la plus longue indépendance possible au travail et dans la famille, et la meilleure qualité de vie possible. En principe, le manque de dopamine peut être compensé par une thérapie médicamenteuse. Le choix du médicament ou de la combinaison de médicaments utilisés et de la dose est déterminé individuellement par le spécialiste traitant en fonction du type et de la gravité des symptômes de la maladie. 

Mesures thérapeutiques d'accompagnement 

Il existe également de nombreuses mesures thérapeutiques d'accompagnement. La physiothérapie contribue à une amélioration significative ou au maintien de la mobilité active et passive de toutes les articulations, à une diminution de la raideur musculaire et à une amélioration de la mobilité et de la performance de la marche. Les activités sportives telles que la natation, la marche et le vélo favorisent également la mobilité. L'ergothérapie régulière, quant à elle, exerce la coordination des séquences de mouvements et favorise les capacités de perception, d'orientation et de mémoire. 

Comme l'immobilité des muscles faciaux affecte souvent la voix et la parole, il est également important de travailler avec un orthophoniste, avec lequel on effectue un entraînement à l'expression faciale, à la respiration et à la parole. Des techniques de relaxation comme le yoga ou la méditation, une alimentation équilibrée et une grande quantité de liquides sont également des mesures pouvant porter fruit. Comme des humeurs dépressives ou une dépression peuvent survenir, la psychothérapie fait elle aussi souvent partie du traitement. 

Deux hommes nagent sous l'eau

La natation, la physiothérapie ou l'orthophonie sont des mesures d'accompagnement qui permettent d'améliorer la qualité de vie. (Photo: Unsplash)

Simulation cérébrale profonde

Les options de traitement neurochirurgical sont également utilisées depuis de nombreuses années. Une méthode efficace est la stimulation cérébrale profonde, dans laquelle un générateur d'impulsions (stimulateur cérébral) est inséré dans le patient. Cela génère des impulsions électriques et les conduit dans les ganglions basaux respectifs, ce qui permet de supprimer efficacement les fausses impulsions trop actives. Ces opérations très précises permettent d'obtenir une amélioration temporaire de l'état de santé. Toutefois, la progression de la maladie en elle même ne pas peut être arrêtée de cette manière. 

Les causes de décès les plus fréquentes 

Des causes possibles de décès dus à la maladie de Parkinson sont notamment les infections respiratoires ou les conséquences de chutes graves ou de difficultés à avaler. Les causes de décès les plus fréquentes chez les personnes atteintes de la maladie de Parkinson sont cependant les maladies cardiovasculaires, les accidents vasculaires cérébraux ou le cancer. Elles ne sont donc pas fondamentalement différentes des causes de décès des personnes non atteintes de la maladie de Parkinson dans la même tranche d'âge. 


Cet article vaut-il la peine d'être lu?